Accueil > Activités nautiques > Le Finistère fait son Vendée >

Les skippers et le Finistère

Paul Meilhat – SMA et le Finistère

« … Je suis né en région parisienne, mais dès petit en fait mes parents avaient un bateau dans l’Aven puis après dans le Belon dans le Finistère Sud. Quand j’avais déjà 10 ans, on faisait les « Tour du Finistère à la Voile » et j’en ai fait énormément, c’est vraiment le département de France qui m’est le plus cher.
Ce qui me plaît, c’est que c’est resté assez sauvage, il y a des paysages divers, le nord avec beaucoup de cailloux, une mer qui est souvent un peu plus agitée, etc. et le sud où l’on peut se retrouver un peu plus calme avec un peu plus le soleil sur les Glénan, des choses comme ça. Moi je connais depuis petit surtout la sortie du Belon, et c’est vrai il y a aussi l’autre partie qui me fait aimer le Finistère, c’est le caractère des gens. J’ai habité 10 ans à Brest, et j’adore la façon, la franchise des gens disent ce qu’ils pensent et ça je retrouve ça super. »

Yann Eliès et le Finistère

« Le centre d’entraînement de Port-La-Forêt pour moi c’est l’école, ma façon à moi de continuer à apprendre tout ce que je n’ai pas appris à l’école.
Pour moi, dans le Finistère il y a Port-La-Forêt le lieux où je me suis formé ou je suis devenu un marin, mais il y a aussi pour moi dans le Finistère beaucoup de souvenirs à Brest. Dans cette ville, il y a beaucoup de souvenir d’enfance et d’adolescence, les premières franches camaraderies, les premières virées dans Brest le samedi soir, les copines, l’internat, la pratique de la voile intensif parce qu’on était en sport études, il y a tous ces souvenir- là qui y sont attachés."

Jérémy Beyou et le Finistère

« Moi j’ai eu la chance de m’entraîner au Pôle à la fin de mes années « dériveur » 97/98. C’est une structure de haut niveau tout est mis en œuvre pour que ça fonctionne.
Je suis originaire de la Baie de Morlaix, j’ai tiré mes premiers bords à Carantec dans le Finistère. Toutes les premières régates se font forcément dans le Finistère, après c’est optimist Equipe de Finistère de Voile. Quand je dis que je connais la côte comme ma poche, c’est vrai, mais on découvre toujours des nouveautés à naviguer au long de ces côtes-là. Les paysages sont à couper le souffle, sont jamais deux fois pareil, c’est aussi une ambiance, une atmosphère et de manière générale de gens qui aiment la voile et qui aime la mer c’est mon terrain de jeu favori. »

Romain Attanasio et le Finistère

« … Je suis devenu professionnel grâce à Finistère Course au Large, car c’est une structure qui m’a permis de progresser, de me retrouver avec les meilleurs navigateurs.
Moi je suis de toute façon très attaché à la Bretagne, j’ai une famille de montagnards, j’ai beaucoup voyagé pendant mon enfance, mais j’avais un grand oncle breton qui m’a appris le bateau. Le Finistère j’y habite puisque j’habite à Trégunc et plus précisément à la Pointe de Trévignon, qui est un endroit que j’adore et que je ne quitterai pour rien au monde. Nous notre Cap-Horn ici c’est la Pointe du Raz, et quand on passe pour la première fois la Pointe du Raz en solitaire c’est un passage marquant d’une carrière. Je pense que je me rappelle quasiment de tous mes passages de la Pointe du Raz. »

Jean Le Cam et le Finistère

« .. J’habite à La-Forêt-Fouesnant juste à côté de Port La Forêt, je suis là depuis que je suis tout petit et j’y suis depuis toujours. C’est un site exceptionnel quand même, c’est un site très protégé par toute la barrière des glénan, c’est joli, il y a des îles pas loin, il fait bon y vivre. Ah ben les Glénan voilà, nous avons monté une association, qui est l’association « Penfret » pour entretenir ce qui est sous le phare de Penfret, le fort de Penfret on s’attache aussi au patrimoine. Je connaissais les gardiens de phares quand j’étais petit et il y a des histoires qui sont là, qui sont ancrées là forcément. Quand on a vécu à un endroit pendant un bon nombre d’années, il y a forcément des choses qui sont là et qui sont ancrées et qui font plaisir. ».

Vincent RIOU – et le Finistère

« … Pour moi Port-La-Forêt c’est plus qu’un centre d’entraînement, c’est aussi la filière dont je suis issu et j’ai forcément donc aussi un peu d’affectif avec le Pôle ici et aussi avec tout ce système qui nous a permis de grandir depuis quasiment 30 ans. Je suis né ici dans le Finistère, je vis ici depuis ma naissance donc c’est clairement mon port d’attache. Moi j’habite à Loctudy, ici à l’Archipel des Glénan parce que j’y passe énormément de temps mais je suis aussi un grand fan des îles d’Iroise, de Ouessant, de Sein, de Molène donc c’est pour ça c’est difficile pour moi de donner un endroit. Je crois qu’il y a beaucoup de chose dans le Finistère. C’est aujourd’hui comme hier et peut être demain l’endroit où j’ai envie de vivre tout simplement. »

Jean-Pierre Dick et le Finistère

« … Le territoire finistérien, c’est bien évidemment Port-La-Forêt, oui mais pour moi c’est une histoire qui date depuis plus longtemps, ma grand-mère était finistérienne, elle habitait Carantec depuis que je suis tout gamin finalement tous les mois de juillet on venait à Carantec et on a découvert cette Bretagne exceptionnelle. La Baie de Morlaix, pour moi, ça reste un endroit exceptionnel par la beauté de ses paysages, par la gentillesse de ses habitants aussi. Ma passion pour la course m’a amené à différents endroits, bien sûr l’Aber Wrac’h , l’Aber Benoît, Ouessant, Brest, Douarnenez, en fait c’est ma connaissance finalement de ce département même si elle est plus maritime que terrestre."

Sébastien Josse et le Finistère

« … Port-La-Forêt c’est un centre d’entraînement de haut niveau, c’est une confrérie. Voilà il a tous les skippers qui grandissent côte à côte. On se tire la « bourre », ben des fois on s’aime on s’aime pas, mais au bout du compte le niveau y monte et ça c’est unique.
Moi, le Finistère ce qui me plaît énormément c’est la Presqu’île de Crozon, parce qu’on aime bien les sports de nature le surf, bien là c’est un endroit assez magique, très préservé. C’est les grandes plages, Les Tas de Pois, la plage de La Palue, le Cap de la Chèvre. Quand on arrive à Morgat on a l’impression d’être en vacances. Ça fait toujours du bien, voilà c’est un endroit, je trouve, qui est différent de toute la côte bretonne. Et puis il y a une âme, les gens qui habitent à Morgat ou à Crozon , ils sont presqu’îliens quelque part. »

Armel Le Cléac’h et le Finistère

« … Portlaf, oui c’est un centre d’entraînement de haut niveau pour la course au large, moi j’ai eu la chance de commencer ici au niveau professionnel il y a maintenant 16 ans. La formation proposée au Pôle était vraiment adaptée justement à ma vision des choses. Enfin, en tous cas de voir que l’on pouvait progresser en travaillant ici à Port-La-Forêt et au contact des meilleurs.
Moi je suis originaire du Nord Finistère, j’ai appris à naviguer en Baie de Morlaix, entre Térénez et Roscoff, c’est un endroit magique parce que c’est plein d’îles, plein de courants, plein de cailloux, dès qu’il y a un rayon de soleil c’est juste magnifique, les paysages changent très vite entre la marée haute et la marée basse. Si je dois retenir deux ou trois endroits ce serait, le Raz de Sein, car c’est pour moi un endroit assez mythique quand on navigue, c’est un peu la frontière entre le nord et le sud et puis le Chenal du Four aussi qui est un endroit assez magique entre Ouessant et la côte nord finistérienne, il y a Molène et Ouessant, beaucoup d’îles, et voilà beaucoup de plaisir à naviguer là aussi ».

Morgan Lagravière et le Finistère

« … Port-La-Forêt et le Pôle Finistère c’est avant tout un lieu de confrontation, c’est vrai que quand on vient au Pôle Finistère, c’est soit pour se forme soit pour se confronter sur l’eau. On est 8 membres du Pôle Finistère en Imoca, c’est des moments à privilégier et des moments très importants pour savoir se tester un petit peu par rapport à la concurrence.
Moi j’ai été amené à vivre dans le Finistère à travers ce projet-là, et puis je suis arrivé dans un endroit où j’ai envie de poser mes valises et m’installer, c’est la rivière de la Laïta. C’est un peu la frontière entre le Morbihan et le Finistère, côté Clohars Carnoët, c’est vrai un endroit que j’affectionne énormément, en fait on un contraste entre une rivière, un endroit, un environnement assez paisible et la sortie de la rivière de la Laîta, qui donne contact finalement avec la mer, qui souvent beaucoup plus agitée, beaucoup plus hostile. Et puis, la tranquillité, le contact avec la nature, en étant à proximité d’une grande ville comme Lorient ou Quimper donc c’est assez particulier et assez sympa de pouvoir marier plusieurs environnements."

Page MAJ lundi 30 janvier 2017

Carte des webcams

Carte des webcams en Finistère

Contact

Finistère 360°

4 rue du 19 mars 1962
29000 Quimper