Accueil > Escales - Plaisance >

Roscoff - Port de Bloscon

Nouvelle escale en Finistère nord

L’incitation au voyage
L’apparition du nouveau port de plaisance de Roscoff a provoqué une petite révolution en Bretagne Nord. Auparavant, il fallait joindre l’Aberwrac’h, 40 milles plus à l’ouest ou bien Lézardrieux 50 milles à l’est pour trouver un port accessible 24 h/24, quel que soit la marée. Dès lors, le port de plaisance de Roscoff a trouvé immédiatement grâce auprès des visiteurs en escale. Et ce d’autant plus, que le port, conçu dans le plus grand respect des normes environnementales, dispose de toutes les facilités d’un port moderne : accès facilité aux handicapés, présence permanente du personnel de port, wifi, navettes gratuites à destination de la ville de Roscoff, locations de cycles. De quoi faire que l’escale s’éternise plus que prévue…

Services

Nombre de places
625places sur ponton
50 places visiteurs
Services Techniques
Aire de carénage disponible toute l’année
Collecte sélective de déchets spéciaux
Cale de mise à l’eau (largeur 20 m)
Carburant : Gazoil et SP95
Grue de 2.0 T au quai des pêcheurs
Autres services
eau, électricité sur ponton
parking à proximité
WIFI
WC, douches
Accueil handicapé

Finistère d’antan

Flânerie, vieilles pierres et douceurs marines
Roscoff mérite bien son titre de petite cité de caractère. Le petit port de pêche s’est délivré petit à petit de la tutelle de sa voisine Saint-Pol de Léon pour devenir un port de pêche et de commerce à l’activité florissante au XIXème siècle. C’est ici que débutera l’aventure des Johnnies, ces paysans pauvres qui embarquaient sur des navires marchands pour aller vendre aux Britanniques, l’oignon rosé de Roscoff dont la réputation franchissaient les frontières de la Manche. En 1929, ils sont ainsi plus de 1500 à parcourir les routes anglaises sur leurs vélos, plusieurs mois durant pour ramasser un maigre pécule avant de revenir au pays. La Maison des Johnnies raconte leur histoire.
Roscoff, c’est aussi une cité dont l’architecture des maisons d’armateurs n’a pas subi l’usure du temps, ce qui confère un charme exceptionnel aux rues du centre-ville. C’est une station biologique réputée, du fait de son environnement marin d’une rare diversité sans oublier un climat d’exception qui a permis la création du jardin exotique qui abrite aujourd’hui plus de 3000 essences. Autant d’atouts qui ont contribué à faire de Roscoff, la ville qui a vu naître le concept de thalassothérapie en 1899.

Nature

Escapades maritimes, d’île en île

Ile de Batz, à pile ou face
De Roscoff, il suffit d’une quinzaine de minutes pour rejoindre par les navettes l’île de Batz, si proche, qu’elle semble prête à se rattacher au continent à marée basse. Sur l’île vit une petite communauté de marin pêcheurs, de paysans qui ont réussi à maintenir une activité économique qui permet à l’île de continuer de vivre. Au sud, protégée des vents de Nord, la végétation prend des allures tropicales, comme en témoigne le jardin colonial Georges Delaselle, quant au nord, la lande battue par les vents rappelle que parfois les hivers sont longs.

L’île Callot et Carantec, une perle et son écrin
On accède à l’île Callot à marée basse par une chaussé submersible. Les plages de Carantec, abritées des vents du sud ont contribué à la réputation de la station balnéaire qui demeure l’unique point d’accès à l’île. Une tranquillité jalousement préservée tant par tous.

L’île Louet et le château du Taureau, ultimes sentinelles
Ancien fort Vauban, le château du Taureau veille à protéger l’entrée de la rivière de Morlaix. Il est maintenant visitable en vedette au départ de Carantec et les plaisanciers peuvent accoster en annexe certains jours de l’année et visiter le fort. Au sud de l’île Louet, un bon mouillage permet de faire escale et prendre le temps de visiter l’île. Il est possible de louer la maison des gardiens de phare pour quelques jours.

  • Port Roscoff
  • Roscoff Port Bloscon
  • Roscoff Bloscon port

Page MAJ mercredi 8 avril 2015